Améliorer le temps d’attente des patients en hôpital de jour de cancérologie : retour d’expérience d’un centre anticancéreux américain

Question évaluée : La majorité des patients reçoivent un traitement anticancéreux injectable en hôpital de jour (HDJ) de cancérologie. Ce type d’hospitalisation est bénéfique d’un point de vue économique et de qualité de vie, mais nécessite une organisation rigoureuse avec l’ensemble des acteurs pour limiter le temps d’attente des patients. Face à l’augmentation de leur activité, une équipe américaine a mis en place différentes solutions pour améliorer le temps d’attente des patients dans un centre anticancéreux du Nouveau-Mexique.

Type d’études : Étude prospective « avant-après » mise en place d’une intervention.

Méthodes :  Service de 40 chaises plus 12 lits pour l’accueil des patients. Les deux périodes d’observation étaient de 9 mois. Dans la phase pré-intervention, le fonctionnement de l’HDJ était conventionnel avec consultation médicale à l’arrivée du patient puis prise en charge à l’HDJ avec confirmation du OK chimio par l’infirmière auprès de la pharmacie en charge de la préparation des médicaments injectables. L’intervention était multiple avec :

  • Triage des patients prioritaires par l’infirmière pour le déclenchement des préparations,
  • Acheminement des préparations par un préparateur/magasinier au lieu du pharmacien responsable de la préparation des médicaments,
  • Les prémédications étaient mises à disposition des infirmières du service par un automate de dispensation,
  • Mise en place d’une messagerie sécurisée pour la résolution rapide de tout problème dans le circuit du patient/médicament (clarification, signature manquante, …)

L’objectif principal de l’étude était la réduction du temps d’attente de 30%, considéré comme le temps entre l’arrivée du patient à l’HDJ et le début de l’administration des prémédications. L’objectif secondaire était l’amélioration de la satisfaction des patients de 20%, à travers l’utilisation du Press Ganey Score.

Résultats :

  • Objectif principal : diminution du temps d’attente moyen des patients de 17,63 minutes (58,14 min avant / 40,51 min après intervention) soit -43,51%.
  • Objectif secondaire : satisfaction des patients s’est améliorée de 8,91 points (passant de 76,23 à 85,14% après intervention soit +11,69%).

Points forts :

  • La mise en place d’interventions multiples
  • Le recueil de la satisfaction des patients indépendamment du bénéfice sur le temps d’attente

Points faibles :

  • La mise en place d’interventions multiples est aussi une faiblesse car ne permet pas d’identifier le bénéfice de telle ou telle mesure. La transposition de cette étude ne peut se faire qu’en intégrant toutes les interventions,
  • Biais de confusion : le délai entre le début de la prémédication et de la première chimiothérapie n’a pas été pris en compte, alors même que le système de mise à disposition automatisé des prémédications crée un double circuit virtuel,
  • Bras contrôle historique,
  • Peu de détails sur la première expérimentation arrêtée en cours d’étude.

Conclusion/implications en pratique : Cette étude rapporte des propositions intéressantes d’amélioration du temps d’attente des patients comme l’implémentation d’une messagerie sécurisée instantanée, comme cela se développe aussi en France. En revanche, on peut s’interroger sur la proposition de remplacer le pharmacien en charge de l’acheminement des chimiothérapies injectables par un préparateur en pharmacie/magasinier.

Imman ABDELOUAHAB & Salma BENSLIMANE

D’après Hashemi-Sadraei N, et al.: Improving Outpatient Infusion Clinic Wait Times at a Comprehensive Cancer Center. JCO Oncol Practice 2021. Publication avancée en ligne le 17 juin. DOI: 10.1200/OP.21.00118

Partage
[social_warfare]