Conséquences de la pénurie en acide folinique injectable : étude pilote évaluent l’efficacité, la tolérance et le cout d’une dose fixe d’acide folinique versus dose adaptée

Question évaluée : Comparer le coût, l’efficacité (survie globale et sans progression) et la fréquence des effets indésirables (EI) entre deux stratégies de posologie de l’acide folinique.

Type d’étude : Etude rétrospective déclarative monocentrique.

Méthode : Inclusion durant l’année 2012 de patient ayant reçu au moins une dose d’acide folinique injectable en association au 5-FU dans le cadre de cancers colorectaux. Les patients ont été répartis en deux groupes en fonction de leur âge et du stade du cancer : un groupe ayant reçu une dose fixe de 50 mg d’acide folinique en IV et le second groupe une dose d’acide folinique en IV variant de 200 à 500 mg/m² associée à la chimiothérapie. Le coût de la stratégie dose fixe a été comparé à une estimation du coût des quantités en acide folinique qu’aurait reçu les patients par an avec une dose adaptée à la SC. Un ajustement des coûts en fonction des reliquats perdus en production a été réalisé.

 

Résultats : Au total, 58 patients ont été inclus dans l’étude avec 29 patients répartis dans chaque bras (76% des patients étaient au stade métastatique). Pas de différences significatives dans la répartition des protocoles de chimiothérapie entre les deux groupes, excepté le protocole FOLFIRI.

 

Coût : Le coût total annuel des doses fixes d’acide folinique administrées aux patients est estimé à 983,35 $ pour le nombre total de milligrammes et à 3 933,41 $ en incluant les reliquats des flacons à 200 mg. En choisissant de fixer la dose d’acide folinique à 50 mg, l’établissement a économisé 1 580 et 3 400 doses sur l’année 2012 par rapport à une dose d’acide folinique de 200 et 400 mg/m² respectivement.  La dose fixe de 50 mg  a permis de réduire les coûts en acide folinique de 6 338 $ et 13 659 $ (7 863 $ et 15 277 $ en incluant le coût des reliquats de flacons) par rapport à une dose de 200 et 400 mg/m² respectivement. L’utilisation du lévofolinate, qui pouvait apparaître comme une alternative de choix dans un premier temps, aurait entraîné jusqu’à 22 892 $ de dépenses supplémentaires.

 

Efficacité : la médiane de survie sans progression n’est pas significativement différente entre les deux groupes (9,5 mois vs 8,8 mois dans les groupes dose fixe et en fonction de la SC, p = 0,254). De même, la médiane de survie globale est statistiquement comparable (28 mois avec dose fixe vs 36,2 mois dans le groupe dose en fonction de la SC, p = 0,923).

 

Toxicité : Les EI observés, de type thrombopénie, neutropénie, diarrhée et mucite sévère nécessitant une réduction de dose ou un décalage de cure sont identiques dans les deux groupes.

 

Points forts : Groupe homogène de patients. Originalité de l’étude car menée en réponse à une pénurie médicamenteuse de plusieurs années. Limitation des dépenses en ne diminuant pas l’efficacité et en conservant une bonne tolérance.

 

Points faibles : Puissance statistique faible car étude réalisée sur un petit nombre de patients, non contrôlée, ni randomisée. Evaluation du coût et de l’efficacité réalisée seulement dans une indication. Etude rétrospective basée sur du déclaratif pour les EI, donc un risque de les minorer.

 

Conclusion / Implications en pratique : Dans le même contexte, une deuxième étude propose de conserver une dose d’acide folinique en fonction de la surface corporelle mais réduite à 20 mg/m². Ces études montrent que les ruptures d’approvisionnement peuvent modifier les pratiques en permettant des économies de santé tout en conservant une bonne tolérance et une bonne efficacité.

Rédigé par Anne-Laure KIENLIN et Anne-Sophie LANG.

 

D’après Shank B, et al : Effects of the leucovorin shortage : Pilot study investigating cost, efficacy, and toxicity comparison of low fixed dose versus body surface area-adjusted leucovorin dosing in patients with resectable colon or metastatic colorectal cancer. J Oncol Pharm Pract, 2016. Publication avancée en ligne le 12 janvier. DOI: 10.1177/1078155215624262

Partage